Qui a inventé un tourne disque ?

On ne parlait pas de tourne disque au début. On utilisait un cylindre en cire pour stocker le son sur une spire hélicoïde. Cet appareil passionne de nos jours les audiophiles, qui vivent des moments insolites en écoutant de la musique.

Il a traversé les périodes et reste pourtant d’actualité avec ses nouvelles fonctions et paramètres adaptés à la technologie de pointe. Qui a inventé le tourne disque ? La réponse à cette question est l’objet de notre étude.

Qui a inventé un tourne disque ?

Qui a inventé un tourne disque ?

Les précurseurs du tourne disque

Tout a commencé à Genève en 1796 quand un horloger du nom de Antoine Favre inventa une boite à musique qui fonctionnait avec différentes lames accordées. En 1857, apparut le phonographe qui était une œuvre de François Edouard-Léon de Martinsville. C’est le premier appareil à avoir à enregistrer une voix.

Par la suite, le paléophone fut imaginé par Charles Cros en 1877 mais l’idée ne vit pas le jour. Selon lui, les vibrations sonores peuvent être enregistrées dans un métal à partir d’un crayon solidaire d’une membrane vibrante. Cette idée a semblé utopique.

Comment se présentait un tourne disque ?

Depuis 1877, les platines tourne disque ont connu une évolution fulgurante. Aujourd’hui, on rencontre les tournes disques les plus performants qui n’aient jamais existé. Ils sont mécaniques, électriques et parfois électroniques. Le tourne disque à l’origine avait une apparence différente de celle que nous avons aujourd’hui.

Il enregistrait des sons à partir d’un stylet placé sur un diaphragme de Mica. Selon la puissance du son, le diaphragme vibrait. L’aiguille solidaire du diaphragme bougeait en même temps et creusait profondément un sillon sur le cylindre d’étain. La rotation du disque ou cylindre était mécanique, de même que le phonographe. La stabilité de la vitesse était assurée par un régulateur et la rotation actionnée par un ressort. Quant à l’écoute, il se faisait par la tête de lecture. Les vibrations étaient amplifiées par un entonnoir métallique ou de cristal nommé pavillon.

L’inventeur du tourne disque

Il a porté diverses appellations durant ces années d’existence. On l’a appelé phonographe, gramophone, stéréophonie, tourne disque, platine tourne disque, électrophone, pick-up et magnétophone. Au XXIe siècle, il est revenu en étant le scratch vinyle des DJ. Mais le père de cet appareil est Edison Thomas et on l’appelait phonographe.

L’histoire raconte que l’idée initiale vient de Charles Cros qui l’a appelé paléophone en 1877. Il a décrit sa vision dans un mémoire qu’il a envoyé le 18 avril 1877 à l’académie des sciences. Mais ce n’était qu’une théorie.

Contrairement à Charles, Thomas Edison, un ingénieur américain a déposé le brevet du phonographe le 19 décembre 1877 après une démonstration pratique le 7 décembre de la même année. Il vend cet appareil qui fonctionne avec des cylindres phonographiques, d’étain et de cire. La rotation est réalisée par une manivelle en continu et ajustée par un lourd volant. Thomas a connu un grand succès en commercialisant cet appareil, ce qui fait de lui le père du tourne disque.